Gestion de vos préférences sur les cookies

Nous mesurons le nombre de visites, le nombre de pages vues ainsi que l’activité des visiteurs sur le site et leur fréquence de retour afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

Cette fonctionnalité dépose des cookies permettant notamment à ces sites de tracer votre navigation. Ces cookies ne sont déposés que si vous donnez votre accord.

Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser soit globalement pour l’ensemble du site et l’ensemble des services, soit service par service.

Cookies de mesure d’audience : Google Analytics

Comprendre l’écomobilité et ses enjeux en 5 questions

Comprendre l’écomobilité et ses enjeux en 5 questions

11 mai 2020

L’écomobilité ou mobilité durable n’est pas un concept nouveau. Mais face à l’urgence climatique, entreprises et collectivités sont pressées de mettre en place plus d’actions en faveur de l’environnement. Avec la récente publication de la loi mobilités du Ministère de la Transition écologique et solidaire, toutes doivent repenser leurs modes de transport. Définition, règlementation, solutions… Tour d’horizon de l’écomobilité.

1- Qu’est-ce que l’écomobilité ?

 

L’écomobilité ou mobilité durable désigne l’ensemble des actions qui visent à réduire les émissions polluantes générées par nos déplacements. Le secteur des transports routiers comptabilise à lui seul 39 % des rejets de gaz à effet de serre en France1.

Face à la crise énergétique et au réchauffement climatique, il est indispensable de trouver des solutions alternatives pour fournir aux citoyens et aux entreprises des modes de transport :

  • Faciles d’accès
  • Moins coûteux
  • Plus propres

2- La mobilité durable en entreprise, qu’est-ce que c’est ?

 

Services RH, gestionnaires de flotte, responsables RSE… Tous sont impliqués dans la promotion de la mobilité durable dans leur entreprise. Leur objectif ? Encourager la protection de l’environnement bien-sûr, mais également répondre aux enjeux liés à l’optimisation des budgets et au bien-être des salariés.

Plusieurs moyens sont à disposition : covoiturage, voitures et vélos électriques, camions roulant au GNV (Gaz Naturel Véhicule)… Il est possible d’agir tant sur les trajets domicile-travail que sur les déplacements professionnels ou le transport de marchandises. 

 

3- Mobilité durable en entreprise, que dit la loi ?

 

Pour accélérer les projets d’écomobilité en entreprise, la règlementation s’en est mêlée. Le plan de mobilité (PDM) est obligatoire depuis 2018 dans les sociétés de plus de 100 salariés. Voici quelques exemples de mesures à prendre :

  • Aménager des horaires de travail et organiser des journées télétravaillées.
  • Optimiser les accès aux locaux pour les piétons.
  • Soutenir l’utilisation des vélos avec des places de stationnement réservées ou la création d’indemnités kilométriques vélo.
  • Communiquer et promouvoir l’utilisation des transports en commun.
  • Organiser des solutions d’autopartage en dehors des horaires de travail pour permettre aux salariés d’entreprises différentes de bénéficier de transports collectifs efficaces.

Les sanctions restent encore toutefois peu incitatives se limitant à la suppression de subventions si un PDM n’est pas engagé.

 

L’info chiffrée3

Aujourd’hui, encore 70% des salariés parcourent une distance de moins de 5 km pour se rendre au travail. Et dans 75% des cas, ils se déplacent en voiture.

80% des voitures vendues aux entreprises utilisent le diesel. Pourtant, le carburant GNV est une solution bien plus verte et de nombreux véhicules utilisant ce carburant sont déjà disponibles sur le marché.

4- L’écomobilité dans les collectivités, c’est quoi ?

 

Bien que les solutions de mobilité durable doivent se développer sur tout le territoire, c’est en ville qu’il est le plus facile de les déployer. Paris, par exemple, s’est hissée à la 3ème place du palmarès mondial des villes où l’écomobilité est la plus performante2. Comment ? Grâce à ses nombreux vélos en libre-service et à la densité de son réseau de transports en commun.

Technologie, réseau, urbanisme, infrastructures… les collectivités doivent s’aménager un avenir plus vert en plaçant les modes de transport alternatifs au cœur de leur stratégie de développement :

  • Préférer les véhicules qui utilisent le GNV, les biocarburants ou l’énergie électrique.
  • Sensibiliser les usagers aux enjeux de la réduction des gaz à effets de serre pour changer individuellement les comportements.
  • Fluidifier les déplacements en transport en commun.
  • Favoriser l’intermodalité entre bus, tramway, vélo, voiture…
  • Faciliter l’accès aux modes de transport alternatifs (collectifs ou non) avec la construction de pistes cyclables, la mise en place de bornes de recharge électriques ou la création d’un réseau de tramways.

L’info chiffrée :

L’entretien du réseau routier coûte plus de 12 Md €, soit 9% du budget des collectivités territoriales.4

5- Comment se développe le GNV en France ?

 

Le GNV, carburant plus propre que le diesel, est utilisé en France depuis 1945. On compte désormais 20 000 véhicules roulant au GNV sur notre territoire5. Avec l’arrivée prochaine en 2021 de la norme Euro 7 visant à réduire drastiquement les émissions polluantes, son utilisation va naturellement s’intensifier. En effet, le GNV offre de nombreux atouts pour les transports en commun ou l’acheminement des marchandises :

  • Réduction de 95 % des émissions de particules fines et de 40 à 50 % d’oxyde d’azote en moins par rapport à la norme Euro 6
  • 25 % d’émissions de CO2 en moins comparé à un moteur à essence
  • Le GNV est un carburant 20 à 30 % plus économique que le diesel
  • Les investissements dans les véhicules roulant au GNV peuvent bénéficier d’avantages fiscaux et de subventions

Nantes, Lille, Toulouse et Bordeaux sont les villes qui possèdent déjà les plus grosses flottes GNV. Le réseau de stations GNV devrait lui aussi se développer sur les prochaines années pour couvrir au mieux le territoire national.

Naturgy est un des pionniers du GNV en France, notamment avec l’ouverture en 2014  de la première station à double carburant (GNL et GNC) située à Castets dans les Landes. Depuis, l’entreprise poursuit son expansion le long du corridor atlantique.

Découvrez les stations GNV de Naturgy.

Sources :

  • 1 ADEME
  • 2 Consoglobe
  • 3 Journaldunet
  • 4 ADEME
  • 5 Les Echos