Gestion de vos préférences sur les cookies

Nous mesurons le nombre de visites, le nombre de pages vues ainsi que l’activité des visiteurs sur le site et leur fréquence de retour afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

Cette fonctionnalité dépose des cookies permettant notamment à ces sites de tracer votre navigation. Ces cookies ne sont déposés que si vous donnez votre accord.

Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser soit globalement pour l’ensemble du site et l’ensemble des services, soit service par service.

Cookies de mesure d’audience : Google Analytics

Industrie 4.0 : à quoi ressemble cette nouvelle révolution ?

Industrie 4.0 : à quoi ressemble cette nouvelle révolution ?

26 mai 2020

Porté par les nouvelles technologies et la demande croissante en flexibilité des marchés, la 4ème révolution industrielle est en marche. Mais qu’est-ce que l’usine du futur exactement ? Comment l’industrie 4.0 est-elle née ? Histoire, définition, enjeux et opportunités… Nous dressons le portrait de l’industrie du futur, là où les usines deviennent intelligentes et connectées pour aider les entreprises à gagner en performance et flexibilité.

L’industrie 4.0 en bref

 

L’industrie 4.0 ou autrement appelé « industrie du futur » est un terme qui est apparu pour la première fois lors du salon de la technologie industrielle à Hanovre en 2011. Il désigne une forme d’industrie qui conjugue les technologies de pointe, le numérique et les objets réels. Dans cette nouvelle génération d’industrie intelligente, les usines sont robotisées et connectées afin d’obtenir une chaîne de production plus sécurisée, flexible, efficace et économe en énergie. Bien que les produits soient fabriqués dans un moindre volume, le concept d’industrie 4.0 a également pour objectif d’accroître les bénéfices des entreprises et de créer de nouveaux emplois.

Quid des consommateurs finaux ?

Grâce à la baisse des coûts de production et à la flexibilité des process de fabrication, le consommateur final accède à des produits fabriqués en un temps record et beaucoup moins onéreux. La notion de « smart production » envisage même un dialogue consommateur-machine par l’intermédiaire de capteurs permettant l’hyperpersonnalisation des produits.

Quelles technologies sont à l’origine de l’industrie du futur ?

 

L’industrie 4.0 est le fruit de la conjugaison de plusieurs technologies avancées, pour certaines déjà initiées il y a quelques années. Le Boston Consulting Group (BCG) a notamment identifié les 9 technologies phares qui ont ouvert la voie vers les usines intelligentes.

En voici quelques-unes :

  • Le cloud computing : il permet le stockage de données par internet plutôt qu’en utilisant des disques durs.
  • Le Big Data: il compile, structure et analyse d’énormes flux de données numériques en provenance de nombreuses sources (site internet, magasins, chaine de production, tests…).
  • L’internet des objets ou IoT: un environnement dans lequel des objets high tech possèdent chacun une identité numérique, communiquent et interagissent entre eux ou avec des êtres humains.
  • La réalité augmentée: cette technologie en temps réel permet de projeter et visualiser dans la réalité des éléments virtuels en 3D, très utile pour accélérer les processus de prise de décision industriels.
  • L’impression 3D (fabrication additive) : sa capacité à produire rapidement plusieurs petites pièces personnalisées règle les problèmes de rupture d’approvisionnement et raccourcit les temps de production.

Pourquoi parle-t-on de 4ème révolution industrielle ?

 

Donnons un peu de contexte à la naissance de l’industrie 4.0 et replongeons dans l’histoire afin d’y redécouvrir les 3 précédentes phases de bouleversement techniques qui nous amènent à la 4ème révolution aujourd’hui :

  • La 1ère révolution industrielle est initiée avec l’utilisation du charbon et la transformation de la machine à vapeur, encore embryonnaire, par James Watt en 1769. Des petites chaines de production mécaniques peuvent dès lors produire beaucoup plus rapidement que les ateliers artisanaux.
  • La 2ème révolution industrielle de la fin du 19ème siècle voit apparaître l’utilisation du pétrole et de l’électricité en remplacement de la vapeur. La production en masse et le travail à la chaine s’installent ainsi que la production d’objets standardisés. C’est également l’avènement du gaz naturel dans les industries, jugé comme étant la meilleure alternative au charbon dans son utilisation comme combustible pour les moteurs et turbines, pour le chauffage ou encore pour la cuisson.
  • La 3ème révolution intervient durant la seconde moitié du 20ème siècle avec l’introduction de la robotique, de l’automatisation et de la programmatique. En parallèle, on observe également le fort développement des télécommunications et de l’informatique.

Cette 3ème et avant-dernière révolution pose déjà les bases de l’industrie 4.0, désignée comme la 4ème révolution industrielle. Dans cette nouvelle ère technologique, l’usine et l’internet fusionnent pour ne plus fabriquer des consommables en masse mais pour réduire les productions et limiter la consommation d’énergie.

Les enjeux de l’industrie du futur

 

Marchés de plus en plus volatiles, concurrence accrue, demande fluctuante… Si elles veulent rester dans la course, petites comme grandes sociétés doivent suivre le mouvement de la 4ème révolution industrielle. Le 1er enjeu est donc bien économique, la réussite et la pérennité des entreprises dépendent de leur faculté à gagner en flexibilité pour répondre rapidement aux besoins des marchés. Le 2ème enjeu répond, quant à lui, à nos préoccupations environnementales.

L’usine du futur se veut également meilleure en termes de performance énergétique. Nous parlons ici de concevoir des chaines de production moins gourmandes en énergie mais aussi de réduire l’émission de polluants. Enfin, c’est la question sociale qui constitue le 3ème enjeu. En effet, quelle sera la place du travailleur dans un environnement robotique où l’homme semble être remplacé par la machine ? L’industrie 4.0 répond à cette question en réservant à l’humain une place centrale. 

 

Usine du futur : la question des emplois

 

La cobotique ou robotique collaborative associe l’homme et la machine et les envisage plutôt comme « partenaire ». Tandis que la machine décharge l’ouvrier des tâches chronophages et sans valeur ajoutée, ce dernier peut se recentrer sur des missions plus valorisantes. On peut également voir la machine comme le prolongement de l’être humain, lui permettant de porter des charges plus lourdes ou d’être plus précis. Un point positif pour la productivité et la prévention des risques et des maladies professionnelles en entreprise.

Une nouvelle forme d’emploi

L’industrie 4.0 a besoin de nouvelles compétences : experts du digital, de la cybersécurité, robot-coach, pilote d’intelligence artificielle, cybernéticien, ingénieur en conception additive, technicien de maintenance prédictive… De nombreux métiers vont émerger.

Quelles opportunités sont à saisir avec l’industrie 4.0 ?

 

Selon une étude du cabinet d’audit et de conseil Mazars en collaboration avec OpinionWay, les dirigeants voient l’industrie 4.0 comme une opportunité pour l’économie française (63%), pour leur entreprise (54%) et pour leur secteur d’activité (52%).

Concrètement, les avancées technologiques vont de facto engendrer des impacts positifs :

  • Améliorer la flexibilité des entreprises
  • Augmenter la satisfaction client grâce à la personnalisation et une fabrication plus rapide
  • Suivre de manière précise et réactive l’état des productions
  • Accélérer la productivité tout réduisant les budgets énergie
  • Optimiser la gestion des stocks de pièces additives
  • Améliorer la maintenance préventive
  • Faciliter la communication et le partage d’information entre collaborateurs
  • Travailler dans un modèle Agile et réduire les lenteurs hiérarchiques

Fort de 175 ans d’expérience dans le secteur des industries, Naturgy place au cœur de ses préoccupations l’innovation afin d’accompagner ses clients vers l’industrie 4.0. La société adopte alors une stratégie d’innovation ouverte permettant d’évoluer entre autre en matière de marketing, de produit ou encore de processus. Face à des problématiques environnementales de plus en plus présentes, l’innovation est la clé pour avancer et s’adapter aux nouvelles industries et aux nouveaux modes de consommation. C’est par exemple en développant l’écomobilité au travers du Gaz Naturel Véhiculaire (GNV) ou en proposant des solutions d’efficacité énergétique que Naturgy se renouvèle et s’adapte aux nouveaux besoins des clients.

Liens utiles