Gestion de vos préférences sur les cookies

Nous mesurons le nombre de visites, le nombre de pages vues ainsi que l’activité des visiteurs sur le site et leur fréquence de retour afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

Cette fonctionnalité dépose des cookies permettant notamment à ces sites de tracer votre navigation. Ces cookies ne sont déposés que si vous donnez votre accord.

Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser soit globalement pour l’ensemble du site et l’ensemble des services, soit service par service.

Cookies de mesure d’audience : Google Analytics

Transition énergétique : comment réduire notre impact écologique ?

Transition énergétique : comment réduire notre impact écologique ?

7 juillet 2020

Tout ce que nous consommons ou presque à besoin d’énergie pour être produit. Jusqu’ici, nous nous sommes largement reposés sur des techniques de production non durables et polluantes. Raréfaction dangereuse de certaines ressources, changement climatique, pollution de l’air, destruction de la biodiversité… Il est temps d’agir, notre transition énergétique doit encore plus s’affirmer. Objectifs, enjeux et chiffres clés… Panorama de la transition énergétique en France

Qu’est-ce que la transition énergétique exactement ?

 

La transition énergétique regroupe l’ensemble des actions entreprises pour transformer notre manière de produire, distribuer et consommer l’énergie.

L’ensemble de ses mesures guidées par le ministère de la transition écologique et solidaire vise la réduction de notre impact sur l’environnement de 3 manières :

  • Augmenter la part des énergies renouvelables dans notre mix énergétique
  • Diminuer les consommations d’énergie grâce à une meilleure efficacité énergétique et la réduction des gaspillages
  • Privilégier les énergies alternatives écologiques notamment dans le secteur des transports

Quels en sont les enjeux de la transition énergétique ?

 

Ce volet énergétique fait partie du mouvement plus englobant de la transition écologique qui vise une transformation profonde vers un nouveau modèle économique et social centré sur le développement durable. Énergétique ou écologique, les 2 transitions ont pour but commun de lutter contre le réchauffement climatique et la raréfaction de nos ressources. Voici les enjeux : 

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre
  • Renforcer notre indépendance énergétique
  • Limiter la délocalisation des emplois
  • Décentraliser la production d’énergie
  • Protéger la santé des populations
  • Sécuriser les systèmes énergétiques
  • Abandonner progressivement le nucléaire

C’est d’ailleurs grâce aux énergies vertes comme le solaire, l’éolien, l’hydraulique ou encore la géothermie que nous allons pouvoir répondre en partie aux enjeux de la transition énergétique.

Quelle est la part des énergies renouvelables en France ?

 

Depuis 10 ans, les énergies renouvelables sont en pleine croissance. En 2017, on note leur progression de 4 points dans le mix énergétique avec une part de plus de 16 % dans le total des consommations brutes d’énergie. Côté production, les énergies primaires renouvelables ont progressé de 62 % depuis 2005, portées par l’essor des biocarburants, mais aussi de l’éolien et des pompes à chaleur. Malgré tout, le nucléaire reste encore sur la 1ère marche du podium avec une part de 40 %, suivi par les produits pétroliers à 28,9 % et le gaz  à 15,7 %.

Focus sur l’électrique 

 

La consommation d’électricité stagne depuis une dizaine d’année mais en 2019, on constate une légère baisse de 0,5 %. En cause : 

  • Un ralentissement de la croissance économique et démographique
  • Des actions en faveur de la transition énergétique dans les secteurs du bâtiment et des équipements
  • Des mouvements sociaux

Pour la partie production, l’indisponibilité de certaines centrales a fait baisser le nucléaire de 3,5 %. En parallèle, avec la hausse des prix du carbone, le charbon est quant à lui en chute libre à -72 %. Ces aléas profitent au gaz naturel qui progresse de 24 % et à l’éolien qui croit de 21 %. La bioénergie et le solaire progressent toujours mais n’obtiennent chacun qu’une part de 10 % environ dans la production.

 

Transition énergétique : quels sont les objectifs fixés par le gouvernement ?

 

Ces objectifs déterminés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte en 2015 demandent l’implication de tous : citoyens, entreprises et collectivités territoriales. Beaucoup d’efforts devront être fournis notamment par le secteur du bâtiment qui reste le plus énergivore avec 44 % de l’énergie consommée en France et 123 millions de tonnes de CO2 émis chaque année.

D’un point de vue global, voici les objectifs de la transition énergétique :

 

  • Une consommation d’énergie finale divisée par 2 pour 2050
  • Une part de 32 % pour les énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie et de 40 % de la production d’électricité pour 2030
  • Une baisse de 30 % de la consommation d’énergies fossiles à horizon 2030
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et les diviser par 4 d’ici 2050
  • La part du nucléaire doit baisser à 50 % dans la production d’électricité (elle était à 71,7% en 2018)
  • Une réduction de 50 % du volume de déchets en décharge

Transition énergétique, l’exemple des collectivités

 

Responsables d’environ 10 % des consommations d’énergie, les collectivités territoriales doivent prendre part concrètement à la transition énergétique.

Plusieurs moyens d’action sont à leur disposition :

  • Maîtriser et réduire les consommations d’énergie en limitant l’éclairage public la nuit ou en menant des travaux de rénovation énergétique (isolation) des bâtiments
  • Participer au développement des énergies renouvelables en installant des panneaux photovoltaïques pour alimenter les équipements publics
  • Encourager l’utilisation des transports collectifs et alternatifs : véhicules roulant au GNV, voitures électriques, pistes cyclables pour les vélos…
  • Réduire les déchets et limiter le gaspillage en favorisant les circuits courts pour les cantines
  • Supprimer les sacs plastiques et faciliter le recyclage
  • Agir pour la biodiversité et la préservation des sols de la commune en éliminant l’utilisation des pesticides
  • Éduquer les habitants et les générations futures

Le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) 

 

Obligatoire pour les intercommunalités de plus de 20 000 habitants à partir de janvier 2019, le PCAET vient remplacer son prédécesseur PCET en intégrant la donnée « qualité de l’air » dans son plan. Cet outil a pour but d’aider les collectivités à remplir les objectifs de développement des énergies vertes, réduction des émissions polluantes et maîtrise des consommations énergétiques. Ce plan diffère d’une commune à l’autre mais s’articule généralement en 4 axes : 

  • Un audit et diagnostic de l’existant
  • L’élaboration d’une stratégie territoriale accompagnée d’un plan d’actions
  • Un outil de suivi et d’évaluation pour mesurer les performances des mesures prises

Il est également obligatoire d’inclure un Schéma de Cohérence Territoriale pour aborder les points essentiels liés à l’urbanisme.

De par leurs actions, les collectivités s’inscrivent dans un mouvement fort pour la protection de l’environnement tout en se plaçant comme modèle inspirant pour les concitoyens.