Gestion de vos préférences sur les cookies

Nous mesurons le nombre de visites, le nombre de pages vues ainsi que l’activité des visiteurs sur le site et leur fréquence de retour afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

Cette fonctionnalité dépose des cookies permettant notamment à ces sites de tracer votre navigation. Ces cookies ne sont déposés que si vous donnez votre accord.

Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser soit globalement pour l’ensemble du site et l’ensemble des services, soit service par service.

Cookies de mesure d’audience : Google Analytics

Lumière sur les énergies renouvelables

Lumière sur les énergies renouvelables

27 janvier 2021

Limiter le nucléaire à 50% de la production d’électricité, fermer les dernières centrales à charbon…  En tête du programme de la loi Energie-Climat adoptée en novembre 2019 figure la diminution de la part des énergies non renouvelables dans notre mix énergétique. Objectif ? Atteindre une neutralité carbone à horizon 2050. Dans ce contexte, le développement des énergies renouvelables est au cœur des préoccupations gouvernementales. Mais savez-vous exactement quelles sont ces énergies vertes ? Comment sont-elles exploitées ? Nous faisons le point complet.

Qu’est-ce qu’une énergie renouvelable ?

 

Une énergie est qualifiée de renouvelable lorsque que la source utilisée pour la produire est renouvelée en permanence par la nature. En opposition aux énergies non renouvelables, comme le pétrole, le charbon ou le gaz, les énergies vertes sont dites inépuisables. Leur vitesse de reconstitution est plus rapide que celle à laquelle nous les consommons.

Les 2 grandes sources d’énergie principales sont le soleil et la terre. Nous avons ensuite classé les énergies vertes en 5 catégories en fonction de leurs spécificités.

  • Le solaire
  • L’éolien
  • La géothermie
  • L’hydraulique
  • La biomasse

A la différence des énergies fossiles, les énergies renouvelables n’émettent pas de polluants, ou très peu, pour produire de la chaleur ou de l’électricité. Seul hic, leur pouvoir énergétique est plus faible que les énergies non renouvelables. Néanmoins, compte tenu des enjeux environnementaux actuels, les énergies vertes constituent un levier fort pour lutter contre le réchauffement climatique. De nombreux efforts sont donc mis sur la recherche technologique afin d’augmenter l’efficacité du captage des énergies vertes et ainsi garantir des prix d’achat abordables.

Le groupe Naturgy est engagé à assurer un mélange énergétique équilibré et une gestion efficace des combustibles fossiles et des ressources renouvelables, de telle sorte que les technologies de production sans émissions (énergies renouvelables et eau) et les technologies à faibles émissions (cycles combinés et cogénération) représentent un volume important de notre capacité totale installée.

Quelles énergies vertes pouvons-nous exploiter en France ?

 

Toutes les énergies renouvelables sont exploitées en France, à des degrés différents car chacune comporte des limites. Explications.

L’énergie solaire

 

Aussi appelée énergie photovoltaïque, l’exploitation de l’énergie solaire vise à capter le rayonnement du soleil afin de le transformer en électricité ou en chaleur grâce à des panneaux solaires. Le soleil peut être exploité partout tant que l’installation photovoltaïque bénéficie d’un ensoleillement naturel. Point faible, cette énergie est intermittente puisque le soleil disparait la nuit. Les solutions de stockage de l’énergie solaire doivent être encore optimisées.

Récemment, Naturgy a acquis 100 % des intérêts économiques de Hamel Renewables, une plateforme de développement de l’énergie solaire et du stockage aux États-Unis. Il s’agit de la première transaction de Naturgy sur le marché américain des énergies renouvelables. Avec cet achat, le groupe démontre son engagement ferme à développer un portefeuille international d’énergies renouvelables, en se concentrant sur des zones géographiques stables et sur des projets qui en sont aux premiers stades de leur développement.

L’énergie éolienne

 

La France possède aujourd’hui le 4ème parc éolien le plus important d’Europe1. Ces gigantesques moulins à vent, appelés éoliennes ou  aérogénérateurs, utilisent l’énergie cinétique du vent pour produire de l’électricité verte. A l’instar de l’énergie solaire, l’éolien ne peut pas produire de l’énergie en permanence puisque les turbines ne se déclenchent que lorsque le vent souffle à 14 km/h et s’arrêtent à 90 km/h quand les vents sont trop puissants.

L’énergie hydraulique

 

Cette énergie verte utilise la même mécanique que l’éolien à la différence qu’elle exploite la force de l’eau (rivière, fleuve, chute, marée…) pour produire de l’électricité à l’aide de turbines. Ce sont dans les régions montagneuses d’Auvergne Rhône-Alpes, d’Occitanie et de Provence-Alpes-Côte d’Azur que les centrales hydroélectriques assurent presque 80 % de la production du secteur. Au-delà des investissements lourds, la construction d’un barrage imposant a forcément des répercussions écologiques, venant troubler irrémédiablement l’écosystème environnant.

Ce mois-ci, Naturgy a signé un accord avec le Centre national d’expérimentation des technologies de l’hydrogène et des piles à combustible (CNH2). Plus précisément, les deux acteurs ont décidé de renforcer leurs relations et d’unir leurs forces pour établir un cadre stable, suffisamment large et flexible pour la collaboration en matière de recherche scientifique et de développement technologique, avec une portée nationale et internationale. Dans le cadre de cet accord, des programmes de recherche, des études et des projets seront réalisés pour développer des objectifs spécifiques, des conseils réciproques, ainsi que des tâches de coopération dans des programmes de formation pour le personnel de recherche et technique, entre autres.

La géothermie

 

La croute et le manteau terrestre, coincés entre le soleil et le noyau de notre planète, stockent chaque jour naturellement de la chaleur. Il suffit alors de puiser les calories stockées dans le sol pour produire du chauffage ou bien de l’électricité. Sans aucune condition météorologique requise, cette énergie disponible en abondance est très prometteuse. La géothermie est d’ailleurs exploitable à l’échelle individuelle avec l’installation d’une pompe à chaleur pour le chauffage d’une maison. Cependant, au niveau industriel, les centrales géothermiques représentent encore de gros investissements et elles ne peuvent être installées partout. Autre point noir, en cas de fuite, du sulfure d’hydrogène peut être libéré.

 

La biomasse

 

Cette énergie verte regroupe les 2 techniques qui servent à produire du chauffage ou de l’électricité à partir de matières organiques (ordures ménagères, bois, résidus de récolte, boues de station d’épuration, papier…) : soit on brûle les matières premières pour produire de l’énergie, soit on les laisse fermenter naturellement dans des unités de méthanisation ou des décharges pour produire du gaz vert. Puisqu’elle valorise nos déchets, elle permet de produire des engrais écologiques et favorise la création d’emplois locaux, le cercle vertueux de la biomasse énergie ne peut être que bénéfique. Cependant, une exploitation intensive, comme on le voit actuellement avec l’augmentation du chauffage au bois, pourrait conduire à une déforestation périlleuse pour notre objectif de neutralité carbone.

 

 

La neutralité carbone, c’est quoi ?

 

Ce terme désigne notre capacité à ne pas émettre plus de gaz à effet de serre que nous pouvons en absorber grâce à nos forêts.

 

Quelle part représentent les énergies renouvelables dans notre mix énergétique ?

 

La part des énergies renouvelables ne cesse de progresser. On constate une augmentation de 60 % depuis 1990. Néanmoins, leur part reste faible dans notre mix énergétique, à 16,3 % seulement. En tête de liste, le bois énergie et l’hydraulique représentent à eux seuls 60 % des énergies renouvelables consommées en France. 2

Transition énergétique : quels enjeux pour demain ?

 

La nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), éditée en avril 2020, réhausse les objectifs de notre politique énergétique à horizon 2028. Dans notre mix, la part des énergies renouvelables doit notamment être élevée à 33%3 et celle du nucléaire rabaissée à 50%4. Pour atteindre ces objectifs, 14 réacteurs vont être arrêtés4. Un effort sera aussi porté sur la réduction de la consommation d’énergies fossiles avec la fermeture des 4 dernière centrales à charbon et le remplacement d’1 million de chaudières au fuel3.

Particuliers, entreprises ou collectivités, nous avons tous une carte à jouer pour favoriser notre transition énergétique. Plusieurs solutions alternatives sont à disposition :

  • L’utilisation de modes de transports plus propres (camions roulant au GNV, bus utilisant l’hydrogène, voitures électriques….)
  • La rénovation énergétique des bâtiments pour gaspiller moins d’énergie
  • Le choix de fournisseurs d’énergie engagés dans une politique environnementale forte incluant la réduction des émissions de CO2 et l’utilisation de l’énergie durable

 

C’est dans cette optique que Naturgy participe à la transition écologique en proposant à ses clients des services d’efficacité énergétique pour les accompagner dans la rénovation de leurs bâtiments et leurs processus industriels.

Egalement, Naturgy est pionnier dans la construction de stations-services à double carburant (gaz naturel liquéfié (GNL) et gaz naturel comprimé (GNC), et propose donc aux transporteurs une énergie plus propre et plus économique pour leur flotte de camions.